Le retour de Lance Armstrong se précise

Publié le par le meusien

.


Lance Armstrong fera son grand retour à la course sous les couleurs de l'équipe Astana, si l'on en croit le président de la Fédération de cyclisme kazakhe. L'Américain a d'ailleurs programmé son retour à la compétition en janvier 2009 sur le Tour Down Under, en Australie. Débuts le 20 janvier 2009

 Si les contours de l'avenir de Lance Armstrong sont encore flous, deux éléments importants ont été levés ce mercredi. Avant même de donner ses conférences de presse à New York, en fin de journée, et à Las Vegas jeudi, le septuple vainqueur du Tour de France s'est fait supplanter dans la course au(x) scoop(s) par deux de ses interlocuteurs privilégiés ces derniers jours.

 C'est tout d'abord Mike Rann, premier ministre de l'Etat d'Australie-Méridionale, qui a rendu public la date et l'endroit de son retour en compétition. Ce sera en Australie, sur le Tour Down Under, du 20 au 25 janvier 2009, dans la région d'Adélaïde.

 «J'ai récemment parlé au manager de Lance, qui m'a dit que sa dernière visite en Australie datait des Jeux Olympiques de Sydney. Il m'a dit qu'il avait adoré l'événement et a donc été facile à convaincre quand je lui ai assuré que le peuple australien défendait sa cause et que les habitants de la région le soutiendraient en nombre. Grâce à lui, le Tour Down Under sera placé sous le feu des projecteurs. Sa seule présence devrait faire doubler l'affluence habituelle de la course», estime Rann dans un communiqué.

 Ce dernier pensait bien avoir l'exclusivité de la journée mais il s'est fait doubler par Nikolai Proskurin. Le président de la Fédération kazakhe en personne a levé le voile sur un secret de Polichinelle en affirmant sur la BBC que «Armstrong annoncera mercredi sa décision de rejoindre l'équipe Astana». C'est Patrick Lefevere qui va être déçu, lui qui pensait avoir une infime chance d'enrôler l'Américain si l'on en croit ses déclarations relayées par le quotidien Krant van West-Vlaanderen.

 «J'ai en effet déjà pris contact avec le bureau de Bill Stapleton (Ndlr : avocat et le conseiller d'Armstrong). Cela ne coûte pas grand chose d'essayer», avouait le manager de Quick Step. La force de l'amitié qui lie Johan Bruyneel à Armstrong et le pouvoir de persuasion du manager sportif d'Astana ont laminé ces espoirs.

 Tout comme ils pourraient laminer les espoirs d'Alberto Contador d'honorer le contrat qui le lie à la formation kazakhe, basée en Suisse, jusqu'en 2010. Contador a plein de contacts Interrogé, voire même harcelé par les questions incessantes sur le come-back de son ancien idole, l'Espagnol n'a pas caché qu'une cohabitation avec lui serait délicate : «Ce serait assez compliqué d'être dans la même équipe.

 Je crois que j'ai conquis le droit d'être leader sans avoir à lutter pour le poste. Et avec Armstrong, il pourrait y avoir des situations difficiles où l'équipe aurait à travailler en sa faveur et cela me porterait préjudice».

 Contador, entré dans la légende dimanche dernier en devenant le 5e coureur de l'histoire (après Felice Gimondi, Jacques Anquetil, Eddy Merckx et Bernard Hinault) à remporter les trois grands tours (France, Italie, Espagne), est actuellement le meilleur cycliste du monde et n'écarte pas l'hypothèse de changer d'équipe : «Il faut voir, je vais attendre un peu.

 Mais ce qui est sûr, c'est que je ne renoncerai pas à mes objectifs. Je sais que Bruyneel croit beaucoup en moi grâce à mes résultats mais il est également très lié à Armstrong. Pour l'instant, je veux honorer mon contrat. Mais je ne cache pas que j'ai reçu une énorme quantité d'offres émanant d'autres équipes». 
 sources "le figaro"

Publié dans actualité -

Commenter cet article